Allergie aux moisissures

 

Les moisissures cachées

Comme technicien spécialiste du traitement contre l’humidité des logements, j’ai pu discuter avec les parents du petit Kevin qui à développé une allergie aux moisissures alors que ses deux frères n’avaient rien . J’ai appris des choses sur les moisissures cachées et les maladies que je ne connaissait pas. A travers cette histoire vécue, je vous les fait partager.

Celui qui croit savoir, n’apprend rien alors gardons l’esprit ouvert. 

La maladie de Kevin

La demande d’intervention est motivée par une pathologie bronchite chronique sévère de Kevin selon les informations que le docteur Adrien PASQUIER nous a fournies. Le laboratoire d’hygiène de la ville en la personne d’une conseillère médicale en environnement  intérieure est intervenu à notre domicile pour effectuer un audit environnemental.

L’état des lieux

Il faut savoir que sommes propriétaire de notre résidence principale dans laquelle nous vivons avec nos trois enfants. C’est un appartement de 90 m2 en rez de chaussé sur cave. Le chauffage est assuré par des convecteurs électriques et notre consommation annuelle est de 2150 euros 

Les conseils incomplets

Nous avons acquis notre appartement en Juin 2009 et entrepris dès le premier mois, les travaux de rénovation totale.  L’entrepreneur nous a conseillé de recouvrir en toile de fibre de verre les murs des chambres et de peindre les autres murs. Nous avons ensuite fait vitrifier les parquets, et posé de carrelage dans le couloir. Toutes les fenêtres qui étaient anciennes ont été remplacées et changées pour isoler d’avantage notre logement.

Kevin est né en septembre et nous l’avons tout de suite installé dans sa chambre fraîchement terminée.

La lente contamination

Les années ont vite passées. Kevin, dès 9 ans toussait un peu trop souvent et nous assistions impuissant à de nombreuses crises d’asthmes toujours pendant la nuit. Dès le mois de septembre, notre gamin était sans cesse fatigué et malgré nos recherches, nous ne trouvions pas la raison de son état de santé qui se dégradait jusque-au mois de juin. Paradoxalement, ses deux frères ages de 12 et 15 ans n’avaient aucun problèmes physiques et à bien réfléchir, nous non plus, avions aucun symptômes.  

Le début de piste

C’est une amie infirmière qui nous a sensibilisé sur la présence de certaines moisissures qui seraient susceptibles d’être à l’origine des allergies. C’est vrai que la chambre de Kevin souffre d’un défaut d’ensoleillement depuis que l’immeuble en face a été construit en 2013. Nous nous sommes habitués aux odeurs de moisies qui reviennent tous les automnes et malgré le nettoyage régulier et l’aération, nous n’avons pas fait le rapprochement avec les problèmes de santé de Kevin, sans doute parce-que ses deux frères étaient en parfaite santé.

Le diagnostic

L’intervention a notre domicile de la conseillère médicale en environnement intérieur a permis de mettre en évidence d’importants problèmes d’humidité, parmi lesquels ont été identifiés plusieurs facteurs de risque pouvant avoir des effets sur la santé. Elle nous rassuré sur notre comportement car parfois les problèmes d’humidité proviennent du mode de vie des occupants eux mêmes.

Avec des petits bouts d’adhésifs, les techniciens ont procédés à différents relevés d’échantillons de surface de moisissures. Ils ont également procédé à des tests de recherche de salpêtre à l’aide de bandelettes quantofix® 

Une petite surface en bas du mur de la chambre présentait des moisissures visibles qui ont pu être analysées. Ces moisissures sont fréquemment retrouvées dans les habitats humides, pour la plupart à potentiel allergisantes.

moisissures visibles
prévenir l’humidité chez soi

L’inquiétude 

Il n’a pas été constaté de surfaces moisies importantes, mais il a été suspecté que les moisissures soient également présentes derrière la toile de verre recouvrant les murs humides. J’avoue que c’est très inquiétant de savoir qu’il existe des moisissures invisibles et cachées derrière la toile de verre.

Afin de bien comprendre les résultats qualitatifs, nous nous sommes procuré un tableau extrait d’un document du Conseil d’Hygiène Publique de France. Il présente les potentiels effets sur la santé de moisissures isolées dans les logements.

NOM

Effet

Infectieux

Effet

allergisant

Alvéolite

Effet

toxique

Acremonium

x

Alternia Alternata

x

Aspergilus flavus

x

x

Aspergilus fumigatus

x

x

x

x

Aspergilus niger

x

Aspergilus versicilor

x

x

x

Fusarium

x

x

x

Mucorales

x

x

x

x

Penicilium sp

x

x

 

Les résultats ont mis en évidence des contaminations fongiques sur les murs du couloir et de la chambre de KEVIN

C’est l’espèce Aspergilus versicolor qui domine dans la chambre, ainsi que le Penicilium présent dans les boiseries. Dans le couloir se sont des Fusarium en phase de développement.

Les conseils gratuits et bienveillants

Les conclusions sont sans appel. Notre logement est humide, ce qui favorise le développement et la prolifération de moisissures de toutes sortes et ce sont-elles qui ont provoquées l’allergie chronique de KEVIN. 

Les conseils que nous ont promulgué les médecins sont les suivants : Aérer régulièrement par l’ouverture des fenêtres au minimum 15 minutes le matin -lits ouverts et 15 minutes le soir pour limiter le taux d’humidité dans l’atmosphère et diluer les polluants intérieurs. Dans la mesure du possible, faire sécher le linge dans une pièce avec une fenêtre qui puisse être ouverte pour éliminer l’humidité rapidement. Limiter le nombre de plantes et faire attention aux espèces à potentiel allergisant ou toxiques. Ne pas utiliser de chauffage d’appoint à combustion (gaz, pétrole.).

Nous étions un peu déçu, car ce sont des conseils d’ordre générale que nous pratiquions depuis toujours, mais visiblement cela n’avait pas suffi à éliminer ces moisissures.

Décision- Action

Sachant que notre logement était humide, notre premier reflexe était d’appeler notre assurance pour savoir si quelques travaux pouvaient être pris en charge. Après tout, c’est peut être une fuite ou la façade poreuse qui est à l’origine de cet humidité.  

Nous avons contacté un professionnel qui nous a indiqué la meilleure façon de nettoyer les moisissures. Il à procédé à des mesures d’humidité et sur ses conseils nous avons installé une Ventilation mécanique contrôlée.

Il a fallu demander l’autorisation à la copropriété pour percer la façade et installer une grille de rejet d’air. Ensuite, nous avons créer un faux plafond dans le cabinet de toilette pour installer le caisson, un coffrage qui ressemble à une poutre et dans lequel passe une gaine. Nous avons posé des bouches d’aspirations dans la cuisine et salle de bain et des entrées d’air dans toutes les pièces à vivre.

Et bien sur, nous avons fait changer et remplacer par une peinture, tous les revêtements muraux en toile de verre qui étaient contaminés. 

Depuis, la VMC tourne en permanence et produit ses effets car l’hygromètre indique des valeurs entre 45 et 60% pour une température de 20°C. Le ressenti est bluffant, nous n’avons plus cette sensation d’étouffer et les crises d’asthme sont beaucoup moins fréquentes, voire inexistantes. La consommation électrique de la VMC va sans doute occasionner une dépense supplémentaire, mais cette dépense est rentabilisé car la santé n’a pas de prix.

hygrométrie de l'air dans sa couleur verte idéale
hygrométrie de l’air

Ce qu’il faut retenir.

Il existe plusieurs sortes de moisissures qui peuvent cohabiter ensemble et former des colonies. Certaine moisissures sont plus agressives que d’autres ( voir tableau). De plus, les moisissures ne sont pas toutes visibles. Certaines peuvent être cachées derrière les revêtements et attendent le niveau d’humidité favorable à leur développement. 

Dès le début des travaux en 2009, l’entrepreneur a posé une toile de verre sur des murs qui étaient probablement déjà infectés par de la moisissure. Ni le fabriquant de fenêtres, ni même l’installateur de fenêtres n’ont préconisés l’installation de grilles d’entrées d’air.

Lors de l’achat du logement, le diagnostiqueur chargé du DPE n’a rien signalé sur le défaut de ventilation et le potentiel à l’humidité du logement.

Tous ces professionnels n’ont pas failli car leurs ouvrages étaient bien réalisés, mais leur ignorance en matière d’humidité n’a pas permis de nous prévenir des problèmes que nous allions rencontrés par la suite.

Le service d’hygiène a trouvé la cause qui était à l’origine des graves problèmes de santé de Kevin, c’est cela qui a permis d’entrevoir l’espoir d’une guérison. Mais ni les uns, ni les autres n’ont apporté la solution pérenne qui consiste à installer un système de ventilation performant. Nous avons compris qu’un logement a besoin de respirer, tout comme ses occupants.

Le logement doit respirer de l’air neuf et évacuer ses polluants. Nous avons également compris que nous ne sommes pas tous égaux devant la maladie et Kevin était le plus vulnérable de nous tous.

 

Si vous rencontrez des problèmes d’humidité que vous ne savez pas résoudre, alors cliquez ici et demandez la visite d’un bénévole de notre association Logement et Santé.

 

 

 

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :